Qui sommes-nous ?

Événements

Boutique

Le saviez-vous ?

Contact

Sur le marché de l'art !

Offices religieux

 

 

21 janvier 2021

 

Célébrations en mémoire du roi Louis XVI

 

 

 

 

21 janvier 2021, Basilique de Saint-Denis

 

Prière pour le roi Louis XVI

 

        Place Royale (de la Concorde), Paris, 21 janvier 2021

 

 

        Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi-soit-il.

 

        Ce qui se joua en ce sinistre jour du 21 janvier 1793 fut l'acte final d'une destruction programmée depuis l'éruption des dites Lumières. Comme l'a bien vu Honoré de Balzac, « le jour où on a coupé la tête du roi, on a coupé la tête de tous les pères de famille ». Une caricature représenta bientôt le bourreau brandissant la tête du roi martyr avec ces mots sacrilèges singeant la Parole divine : « Ecce Veto » (de l'horrible surnom donné à Louis XVI par les révolutionnaires). Cette exécution fut bien guidée par la haine de Dieu s'en prenant au Lieutenant du Christ dans ce royaume de France. Il faut se souvenir des paroles de saint Cyprien, à l'époque des martyrs : « Comment se fait-il que les Chrétiens soient jugés par des hérétiques, les hommes sains par des malades … les juges par des coupables, les prêtres par des sacrilèges ? »

 

        Le pape Pie VI, lors du Consistoire secret qu'il tint le 11 juin 1793, déclara clairement : « Le principal reproche qu’on ait élevé contre lui (le Roi), portait sur l’inaltérable fermeté avec laquelle il refusa d’approuver et de sanctionner le décret de déportation des prêtres, et la lettre qu’il écrivit à l’Évêque de Clermont pour lui annoncer qu’il était bien résolu de rétablir en France, dès qu’il le pourrait, le culte catholique. Tout cela ne suffit-il pas pour qu’on puisse croire et soutenir, sans témérité, que Louis fut un martyr ? » Dans le même discours, le Souverain Pontife souligna la perversité de la Convention Nationale qui jugea son Roi : « [...] Après avoir aboli la monarchie, le meilleur des gouvernements, elle (la Convention nationale) avait transporté toute la puissance publique au peuple, qui ne se conduit ni par raison, ni par conseil, ne se forme sur aucun point des idées justes, apprécie peu de chose par la vérité et en évalue un grand nombre d’après l’opinion ; qui est toujours inconstant, facile à être trompé, entraîné à tous les excès, ingrat, arrogant, cruel… » Ce jugement pontifical s'applique toujours à notre société et à ses gouvernements successifs qui n'émirent jamais aucun acte de regret et de repentir. Ce Pape, persécuté lui aussi par la Révolution s'écrie, douloureux : « Ah ! France ! Ah ! France ! toi que nos prédécesseurs appelaient le miroir de la chrétienté et l’inébranlable appui de la foi, toi qui, par ton zèle pour la croyance chrétienne et par ta piété filiale envers le siège apostolique, ne marche pas à la suite des autres nations, mais les précède toutes, que tu Nous es contraire aujourd’hui ! De quel esprit d’hostilité tu parais animée contre la véritable religion ! »

 

        En fait, lors de cet assassinat, le vrai peuple demeura terré dans ses foyers car l'âme française n'avait point péri, celle qui tremblait en entendant les furieux appeler sur eux et sur leurs enfants le sang du juste mis à mort. D'ailleurs lors du procès expéditif, une complainte, sur l'air du « Pauvre Jacques », circula, distribuée et chantée par des milliers de Parisiens angoissés et éplorés. En voici quelques extraits, bouleversants :

 

« O mon peuple ! que vous ai-je donc fait ?
J’aimais la vertu, la justice ;
Votre bonheur fut mon unique objet ;
Et vous me traînez au supplice ! (bis)

 

Français, Français, n’est-ce pas parmi vous
Que Louis reçut la naissance ?
Le même ciel nous a vu naître tous ;
J’étais enfant dans votre enfance.

O mon peuple, ai-je donc mérité
Tant de tourments et tant de peines !
Quand je vous ai donné la liberté,
Pourquoi me chargez vous de chaînes ? (bis)

Tout jeune, encor, tous les Français en moi
Voyaient leur appui tutélaire ;
Je n’étais pas encore votre Roi,
Et déjà j’étais votre père.
O mon peuple ! Que vous ai-je donc fait.. etc.

Si ma mort peut faire votre bonheur,
Prenez mes jours, je vous les donne.
Votre bon Roi, déplorant votre erreur,
Meurt innocent et vous pardonne.

O mon peuple ! recevez mes adieux ;
Soyez heureux, je meurs sans peine.
Puisse mon sang, en coulant sous vos yeux,
Dans vos cœurs éteindre la haine. (bis) »

 

Honorons en ce jour la mémoire de notre Roi, prions pour le repos de son âme si, d'aventure, il n'était point déjà dans le sein de Dieu, lui qui s'était consacré avec sa famille au Sacré Cœur  de Jésus grâce à son confesseur, le Père Général des Eudistes François-Louis Hébert, béatifié puisque un des prêtres assassinés en septembre 1792 au couvent des Carmes. Le texte en est conservé, dans lequel le Roi promet de rétablir tout ce qui a déjà été entamé ou détruit dans la religion par la Révolution. Il se termine ainsi : «Je ne puis aujourd’hui prononcer qu’en secret cet engagement, mais je le signerais de mon sang s’il le fallait, et le plus beau jour de ma vie sera celui où je pourrai le publier à haute voix dans le temple.

Ô Cœur adorable de mon Sauveur ! Que j’oublie ma main droite et que je m’oublie moi-même, si jamais j’oublie vos bienfaits et mes promesses, et cesse de vous aimer et de mettre en vous ma confiance et toute ma consolation. Ainsi soit-il. » 

            Ecoutons ces vers profonds du grand poète catholique oublié, Armand Godoy, dans Ite Missa est : « Ce n'est pas pour moi que je demande ta miséricorde.

 

Ce n'est pas pour moi : c'est pour les autres, pour mes pauvres frères.

J'attends à genoux que ta clémence, Agneau de Dieu, m'accorde

La fin de tous leurs désespoirs et de toutes leurs colères.

 

J'attends à genoux que le souffle infernal de la Discorde

Devienne azuré baiser de violettes printanières

Et que l'Angoisse aux voix multiples et l'Ennui monocorde

Se taisent à jamais sous le chant lumineux des rosaires.

 

J'attends à genoux que la sinistre et ténébreuse horde

Des crimes soit le clair essaim des caresses tutélaires.

J'attends à genoux que ta clémence, Agneau de Dieu, m'accorde

 

La fin de tous les tourments, la fin de toutes les misères.

Ce n'est pas pour moi que je demande ta miséricorde.

Ce n'est pas pour moi: c'est pour les autres, pour mes pauvres frères. »

 

Que le pardon, donné par le Roi à ses bourreaux et à ses peuples sur l'échafaud, soit accordé à notre pauvre France contemporaine et qu'il lui permette de se convertir, de revenir vers son Dieu et vers son Roi. Que la Très Sainte Vierge nous enveloppe tous dans son manteau de miséricorde en compagnie de tous les martyrs et de tous les saints de France au sein desquels Louis XVI veille sur nous.

 

An Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi-soit-il.

 

 

                P.Jean-François Thomas s.j.

                Sainte Agnès

                21 janvier 2021

 

 

 

 

21 janvier 2021 : Eglise Saint-Eugène-Sainte-Cécile, Paris

 

 

 

Prône pour la Messe solennelle de Requiem pour le repos de l'âme du Roi Louis XVI

 

 

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

 

                    Mes chers Frères,

 

 

            Le ciel est bas et gris en ce Paris du 21 janvier 1793. La foule est dense tout au long du sinistre cortège amenant le fils de saint Louis à l'échafaud. Elle l'est encore plus autour de cette guillotine dont le couperet tombe avec un bruit sec et sifflant à 10h 10. Louis-Marie Prudhomme, cet imprimeur et éditeur jacobin du journal Les Révolutions de Paris (qui mourra de sa belle mort à Paris sous la Restauration), écrit, lyrique et prophétique : « Un citoyen monta sur la guillotine, et plongeant son bras nu dans le sang de Capet qui s'était amassé en grande abondance, il en prit des caillots plein la main et en aspergea par trois fois la foule des assistants qui se pressaient au pied de l'échafaud pour en recevoir chacun une goutte sur le front. - Frères, disait le citoyen en faisant son aspersion, frères, on nous a menacés que le sang de Louis Capet retomberait sur nos têtes ; eh bien ! qu'il y retombe. » Quelques dix-huit cents ans auparavant, des mots semblables avaient été prononcés, -tant les hommes sont toujours et partout de la même étoffe, sous le ciel de Jérusalem : « Pilate voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau et se lava les mains devant le peuple, disant : Je suis innocent du sang de ce juste : voyez vous-mêmes. Et tout le peuple répondant, dit : Son sang sur nous et sur nos enfants !» (Matthieu, XXVII.24-25). Le sang que les prêtres du Temple répandaient sur les têtes lors des sacrifices était purificateur, comme le sera, éminemment et de façon définitive, le Sang du Maître crucifié par et pour le péché des hommes. Sur la place de la Révolution, ancienne place Louis XV, en ce matin d'hiver, la singerie et la parodie sacrilèges des sans-culottes imitant diaboliquement l'aspersion sainte et trinitaire avec le sang du Lieutenant du Christ vont prendre la France dans l'étau de son propre parjure. Oui, le sang versé est retombé sur nos têtes, et il ne cesse d'y couler, non point pour notre rachat puisque la république n'a jamais fait acte de repentir, -elle qui pourtant a souvent la repentance à la bouche lorsqu'il s'agit de dégrader un peu plus l'honneur flétri de notre pays, mais pour notre terrible destinée d'héritiers dépouillés et errants, vivant dans les guenilles spirituelles d'un faste perdu. « Le sang de Louis Capet est de l'eau bénite » dira un des enragés assistant à l'exécution tandis que la foule bat des mains. La terre de France, celle qui avait reçu l'eau du baptême de Clovis et de ses guerriers, celle qui avait été purifiée par le sang de tant de martyrs, a bu le sang du Roi et des victimes de la Révolution. Ce sang innocent ne crie pas vengeance car telle n'est pas l'attitude du témoin qui donne sa vie pour la foi. La punition est celle que s'inflige notre pays en refusant de courber la tête et de tourner le dos à ses erreurs et à ses crimes. Les révolutionnaires voulurent réduire à néant l'âme millénaire de la France en créant un monde nouveau, libéré de Dieu, mais ils ne réussirent qu'à instaurer des ténèbres qui ne cessent de s'épaissir puisque les « valeurs républicaines » sont le plus souvent des armes contre le droit naturel et la grâce surnaturelle.

 

            Il est légitime de s'appliquer à retracer le martyre de Louis XVI, vraiment tué  par haine du divin. L'Église, en France, n'a guère combattu, sauf exceptions, pour canoniser le Roi, la Reine, le malheureux Dauphin, Madame Élisabeth et tous ceux assassinés eux aussi comme symboles d'une société, certes pécheresse, mais vivant sous le regard de Dieu. Notre Roi pourtant, sans calcul ni affectation, imita dans son abaissement  la Passion de Notre Seigneur. L'abbé Edgeworth, accompagnant le condamné jusqu'au dernier instant, rapporta comment Louis XVI, refusant d'avoir les mains liés, se laissa faire lorsque son ultime confesseur lui dit, dans les larmes et au milieu des roulements de tambours : «  Sire, dans ce nouvel outrage, je ne vois qu'un dernier trait de ressemblance entre Votre Majesté et le Dieu qui va être sa récompense. » Et le Roi de répondre, les yeux vers le ciel : « Assurément, il ne faut rien de moins que son exemple pour que je me soumette à un pareil affront. » Puis, s'adressant aux bourreaux : «  Faites ce que vous voudrez, je boirai le calice jusqu'à la lie. » Une telle attitude de noblesse, de courage et d'abandon à la divine volonté n'est pas une posture, et ses ennemis eux-mêmes ne s'y sont point trompés car les bougres étaient tout entiers pétris de farine chrétienne. Le procureur-syndic de la Commune Pierre Manuel ,qui participa aussi aux massacres de juin et de septembre 1792, et qui se repentira par la suite, déclara, pour s'en lamenter, au journal La Révolution de 92 le 18 janvier 1793, trois jours donc avant l'exécution : « Si Louis XVI subit son jugement, comme il n'est plus possible d'en douter, la mort  de Louis XVI sera la mort d'un saint. » Prudhomme, dans Les Révolutions de Paris, écrira de même : « Les prêtres et les dévotes qui déjà cherchent sur le calendrier une place à Louis XVI parmi les martyrs, ont fait un rapprochement de son exécution et de la Passion de leur Christ. » Hébert, dans l'épouvantable publication Le Père Duchesne, partagera une prédiction semblable : « Le pape va en faire un nouveau saint ; déjà les prêtres achètent ses dépouilles et en font des reliques ; déjà les vieilles dévotes racontent des miracles de ce nouveau saint. » Hélas, si les petites gens et le bas clergé ne se trompèrent point sur la conformité étonnante, presque un décalque, entre la mort du Roi et la Passion du Sauveur, la prophétie des révolutionnaires, qui eurent là une conviction unanime, ne trouva aucun écho à Rome, ni alors, ni par la suite, et le haut clergé de la Restauration ne montra guère d'enthousiasme à élever le Roi martyr sur les autels car sa mort soulignait trop les lâchetés, les abandons et les apostasies de cette époque tragique. Le bourreau Sanson semble avoir reçu plus de lumière surnaturelle lorsqu'il envoie une lettre au journal Le Thermidor, publiée le 22 février 1793 : «  Et pour rendre hommage à la vérité, il (le roi) a soutenu tout cela avec un sang-froid et une fermeté qui nous a tous étonnés. Je reste très convaincu qu'il avait puisé cette fermeté dans les principes de la religion dont personne plus que lui ne paraissait pénétré ni persuadé. » La voix des ennemis et des persécuteurs fait plus autorité que les panégyriques faciles pour affirmer et révéler la vérité. Tel fut le cri du centurion et des soldats gardant les condamnés du Golgotha lorsque Notre Seigneur expira : « Vraiment, celui-ci était le fis de Dieu. »

            Par sa mort ignominieuse, Louis XVI scelle de façon glorieuse sa vocation de Lieutenant du Christ. Il n'est jamais aussi grand, -lui qui, contrairement à la légende entretenue y compris parmi les nobles de la Cour, ne fut jamais médiocre et petit, que lorsqu'il offre sa vie pour son Dieu et pour ses peuples. Lorsque le 2 septembre 1792, furent massacrés, au couvent des Carmes de la rue de Vaugirard, bien des prêtres et des religieux, dont le père général des Eudistes, Hébert qui était le confesseur de Louis XVI, les révolutionnaires trouvèrent sur tous les corps une image au double Cœur, Celui Sacré de Jésus et Celui Immaculé de Marie, et une prière à la Très Sainte Vierge « que les personnes pieuses sont invitées à réciter tous les jours pour le Roi. » Elle commence par ces mots : « Divine mère de mon Sauveur, qui, dans le temple de Jérusalem avez offert à Dieu le Père, Jésus-Christ son fils et le vôtre, je vous offre à vous-même notre roi bien-aimé Louis XVI. C'est l'héritier de Clovis, de sainte Clothilde, de Charlemagne, le fils de la pieuse Blanche de Castille, de saint Louis, de Louis XIII, de la vertueuse Marie de Pologne et du religieux prince Louis dauphin, que je vous présente. » Voici donc le roi présenté par ses sujets au Maître de tous, ceci dans un acte d'offrande qui ne peut conduire qu'au sacrifice suprême car, comme Jésus  dans le temple des holocaustes, tout agneau doit finir égorgé. Sur l'échafaud, Louis XVI connaît le dernier rite de son  sacre de Reims. Celui qui fut oint doit verser son sang, non point pour la malédiction des bourreaux mais pour le pardon de ceux qui ne savent ce qu'ils font. La garde révolutionnaire eut ordre de couvrir toute tentative de prise de parole du Roi près de la guillotine. Il parla cependant mais ne fut entendu que de quelques-uns, qui rapportèrent tous les mêmes paroles : « Je meurs innocent de tous les crimes qu'on m'impute, je pardonne à mes ennemis, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. » Puis, plaçant la tête sous le couperet : « Je remets mon âme à Dieu. »

            Le Roi a pardonné, comme Notre Seigneur a pardonné, mais nous sommes marqués comme Caïn car l'orgueil du régime politique dans lequel nous essayons de survivre n'a jamais voulu fléchir. Depuis plus de deux siècles, malgré quelques éclaircies trop brèves, la révolution philosophique et bourgeoise, a poursuivi ses méfaits, vidant peu à peu de sa substance l'âme de la France en légalisant tous les crimes, toutes les immoralités, en imposant sa marque sur tout être et sur toute chose. La république installée dans les palais royaux croit sans doute que son règne durera mille ans. Elle se trompe, car les colosses ont toujours des pieds d'argile. Elle n'est qu'une pauvresse face à l'héritage des siècles et ses géants sont lilliputiens comparés à nos ancêtres les plus humbles. Il est tentant de la moquer et de la mépriser, en rejetant sur elle toutes les causes de nos maux, mais nous ne devons pas oublier que nous participons de son jeu, ne serait-ce que par notre silence et notre inaction. Dédaigner ne suffit pas. Louis XVI a été roi jusqu'au bout, même dépouillé de ses titres, de son pouvoir , de sa liberté. Il le fut car d'abord chrétien. Georges Bernanos s'adressait ainsi aux Français durant la dernière guerre : « Le grand malheur de ce monde, la grande pitié de ce monde, ce n'est pas qu'il y ait des impies, mais que nous soyons des Chrétiens si médiocres, car je crains de plus en plus que ce soit nous qui perdions le monde, que ce soit nous qui attirions sur lui la foudre. »

            Si chaque baptisé était habité par la foi d'un Louis XVI, la morgue républicaine se serait effacée depuis longtemps. Le Roi ne s'est pas contenté de demeurer sur la défensive. Il a vécu et parlé en lieutenant du Christ jusqu'à la fin. Ceux qui approchaient Notre Seigneur lui donnaient le titre de « Fils de David ». Louis XVI fut fils de saint Louis, et plus encore, fils du Christ après avoir été son serviteur et son lieutenant. À l'image de son Souverain, il s'humilia lui-même en se faisant obéissant jusqu'à la mort. Qu'il intercède pour nous, pauvres soldats toujours dans la tourmente et sous la mitraille.

 

            Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

 

 

                    P.Jean-François Thomas s.j.

                    Cœur Immaculé de Marie, Refuge des pécheurs, s. Marcel

                    16 janvier 2021

 

 

 
Samedi 23 janvier 2021, Toulouse
 
" Nous avons eu une messe magnifique, avec catafalque, et une chorale exceptionnelle, célébrée par le chanoine d'Aviaut de Ternay, et beaucoup de monde m'a vivement remercié de cette belle messe et surtout de cette belle homélie que je vous joins ici ". Anne de Courrèges d'Agnos
 

 

Sermon pour la Messe deRequiem en mémoire de Louis XVI
Sermon_pour_la_Messe_de_Requiem _en_meě[...]
Fichier audio/vidéo MP [5.0 MB]

 

L’Association Louis XVI

 

a le plaisir de vous convier à une 

 

conférence

 

La Révolution française,

première expérience totalitaire des temps modernes

 

par

 

le professeur Philippe Pichot-Bravard

 

Samedi 14 avril 2008 à 14h 30

 

Maison des Association

5, rue Pérée

75003 - Paris  

 
Bulletin de participation
conf Pichot Bravard.pdf
Document Adobe Acrobat [69.2 KB]

 

L’Association Louis XVI

 

a le plaisir de vous convier à une

 

conférence

 

Madame Elisabeth, 

le don d’une vie

 

par

 

Madame Dominique Sabourdin-Perrin

 

Samedi 19 mai 2008 à 15h

 

Maison des Association

5, rue Pérée

75003 - Paris  

 
Bulletin de participation
Conf Sabourdin.pdf
Document Adobe Acrobat [67.8 KB]

Réécouter l'homélie du 21 Janvier 2017

 

http://www.icrsp-toulouse.fr/ecouter/homelies

 

Un instrument de travail indispensable !

L'art du livre sous le règne de Louis XVI

Cliquez sur l'image pour accéder à l'article

L'histoire retrouvée, les 100 derniers exemplaires !

Téléchargez le bon de commande
L16-Bon de commande 100 derniers exempla[...]
Document Adobe Acrobat [282.6 KB]

Louis XVI et l'édit de Tolérance

A l'occasion des cérémonies qui ont marqué le 70e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, le président François Hollande, en affirmant que le gouvernement de la République fut le premier à donner aux juifs de France une citoyenneté de plein, a commis une singulière omission : c'est en effet oublier le rôle historique déterminant joué par Louis XVI. Dès 1787, le roi s'est employé très activement à cette tâche après la promulgation de l'édit de Tolérance octroyé en faveur des protestants.

 

"Monsieur de Malesherbes, vous vous êtes fait protestant, Moi, maintenant, je vous fais juif !" avait-il déclaré à son ministre.

 

En 1778, Louis XVI avait déjà fait sensation lorsque dans la Galerie des Glaces, il avait tenu à saluer durant cinq bonnes minutes le rabbin Haim Yossef David Azoulaï qui arrivait d'Egypte. Deux ans plus tard, le roi autorise la création d'un cimetière particulier pour les juifs. En janvier 1784, il fait exempter tous les juifs des péages corporels qui pesaient sur eux à l'entrée des villes. La même année il octroie des Lettres patentes portant règlement concernant les juifs d'Alsace, etc...

Les difficultés apparurent en 1788, lorsque les juifs de Bordeaux dits "portugais", d'origine sépharade, refusèrent catégoriquement  que leurs coreligionnaires d'Alsace ou de l'Est du royaume, d'origine ashkénaze, puissent jouir d'un droit de citoyenneté identique en raison d'une extraction qu'ils jugeaient inférieure.

 

Dès les premières mesures, un concert de louange fut adressé à Louis XVI par les deux "nations" juives, à l'exemple de l'éloge adressée par la communauté des juifs de Metz à Marie-Antoinette ou des symboles royaux et du chiffre du souverain parsemés sur toute la façade de la synagogue de Lunéville !

 

(Nous renvoyons au catalogue "Louis XVI, du serment du Sacre à l'édit de Tolérance", Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1988).

 

 

Conférence en ligne

"Christophe Potter, le dernier défenseur de la famille royale"

donnée par Monsieur Patrice Valfré, Auteur

Patrice Valfré, Auteur

 

Conférence donnée aux adhérents et sympathisants de l'association

le samedi 1er juin 2013 à la Maison des Associations à Paris

 

 

Site internet: http://patrice-valfre.123siteweb.fr/

 

Ecoutez la conférence


  Passez la souris sur les images pour obtenir les légendes.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association Louis XVI. Tous droits réservés. Association Louis XVI, 51 rue des Archives - 75003 Paris